Urbain Abega vit dans un petit village du Cameroun. À presque 18 ans, c’est déjà un footballeur très doué qui rêve de devenir un joueur célèbre, à l’image de son idole, Marc-Vivien Foé. Un jour qu’il s’entraîne avec son ami Ahmadou, un Blanc qui se présente comme un agent de la FIFA, leur propose de rejoindre l’Europe pour intégrer les équipes les plus prestigieuses. Il s’occupe des visas et des démarches auprès des clubs mais leur demande de réunir la somme faramineuse de 6000 euros pour financer leur voyage. Poussés par leurs familles qui parviennent à réunir l’argent en s’endettant ou en vendant le peu de biens qu’elles possèdent, les deux jeunes gens acceptent finalement de quitter leur village et s’envolent pour l’Europe, avec l’obligation de ne pas décevoir leurs proches…

Après leur BD documentaire sur les LIP, Laurent Galandon et Damien Vidal livrent là une fiction « one shot » inspirée du vécu de ces centaines de jeunes footballeurs, parfois à peine sortis de l’enfance, que des pseudo-recruteurs et véritables escrocs attirent en France à grands renforts de promesses de gloire et de richesse. Le trait sobre du dessin et la parcimonie du dialogue servent efficacement une intrigue à rebondissements où le héros, devenu immigré clandestin, devra échapper à la traque policière et tenter de retrouver sa dignité bafouée.

Laurent Galandon (scénario), Damien Vidal (dessin et couleur), Le contrepied de Foé, Dargaud, 2016, 160 pages, 19,99€